Passagères

Mise en scène: Luc Fonteyn

Comédiennes: Nathalie de Pierpont et Catchou Myncke

Scénographie: Oscar Terri

Costumes: Valérie Polet

Chant et mouvenement: Isabelle Lamouline

Création éclairage: Xavier Lauwers

Photos: Marie Paule Stokart

Affiche: Montse Gisbert

Passagères
40 minutes
De 18 mois à 4 ans

Le vent nous amènera, ou bien le soleil, la pluie ou la neige

Dans nos valises, quelques chansons, des souvenirs à partager

Nous repartirons avec le vent, ou bien le soleil, la pluie ou la neige

Dans nos valises, de nouveaux refrains, le souvenir de notre rencontre...

Tout en simplicité,au travers de petites histoires vécues, les comédiennes distillent sensations et émotions: l'appréhension du départ, la peur de l'inconnu, la joie du voyage et de la découverte...mais aussi le bonheur de la rencontre. Quel plaisir de sentir que ses sentiments sont véritablement partagés par les tout-petits et trouvent échos en eux!

Conçu pour partir à la rencontre du public,le spectacle se décline en différentes formules et peut s'organiser aussi bien au théâtre, à l'école ou en crèche.

Presse

« Après le placement et l’ouverture des valises, le plateau complètement vide ne le restera pas : un voile blanc, un lapin de papier, un thé dansant (deux tasses), un biscuit dans son écrin, quelques ritournelles… Les demoiselles déballent leurs trésors en miniature et à grande échelle… Elles nous emmènent au jardin, à la montagne avant de se décider pour la mer. Habituées des tout-petits, Nathalie de Pierpont et Catchou Myncke, que met ici en scène Luc Fonteyn, proposent une ambiance un brin insolite où le temps se suspend. »

Sarah Colasse - Le Ligueur

 

«  Elles chantonnent des comptines. Elles voyagent à pas comptés (jusqu’à 4), elles arpentent un territoire. Elles y plantent leur tente en montrant haut et bas, dedans et dehors, ouvert et fermé. Elles s’amusent avec les sons. Et aussi avec l’alternance de  ce qui est caché puis révélé, perdu puis retrouvé. Et en ajoutant à tout cela un peu de rêve : les lieux de vacances, la liberté de partir et, inoubliable, la danse fantasque des tasses de café, remplies sans doute de quelque  magique potion.

 

Michel VOITURIER- Rue du théâtre